S’informer, échanger, entre professionnels de l’immobilier.


Le marché de la résidence secondaire a-t-il aussi du potentiel dans le neuf ?

Le marché de la résidence secondaire a-t-il aussi du potentiel dans le neuf ?
447 0
Découvrez les univers métiers liés à cet article :

Le marché de la résidence secondaire a-t-il aussi du potentiel dans le neuf ?

Quand on parle « résidence secondaire », on ne pense pas spontanément au neuf. Pourtant, à y regarder de plus près, ce micro segment ne manque pas d’atouts dans le contexte actuel. Plusieurs dizaines de programmes BPD Marignan ont d’ailleurs en partie été conçus dans cette perspective. 3 questions à Pascale Cuisiniez, Directrice Commerciale Nationale du promoteur.

Y’a-t-il vraiment un marché de la résidence secondaire dans le neuf ?

Depuis un peu plus d’un an, nous constatons que l’embellie immobilière gagne également le terrain du secondaire, en particulier sur le littoral. Les statistiques montrent que 10 % des Français possèdent un deuxième logement ; ce chiffre s’élève même à 20 % pour les Franciliens. C’est donc une niche, certes, mais qui tient une place non négligeable sur le marché immobilier français. Faut-il encore définir ce qu’est une résidence secondaire. Certains acheteurs, par exemple, décident d’investir en Pinel en vue de récupérer leur bien 6 ou 9 ans plus tard pour en profiter à la retraite. Dans ce cas, il s’agit d’un achat plaisir, qui permet d’allier constitution de patrimoine et défiscalisation. Nous constatons que la moyenne d’âge des investisseurs est de 50/52 ans. Quant au profil des acheteurs, il est assez divers, avec 25 % de retraités, 20 à 22 % de cadres, autant de professions intermédiaires… mais aussi 13 à14 % d’employés ! [Le reste se répartit dans les autres CSP].

Quels sont les enjeux sur ce micro-marché ?

Nous sommes face à une question de fond sur les retraites, associée à l’émergence de nouveaux modes de vie et à une carte en pleine mutation. Le prix médian de nos résidences

Pascale Cuisiniez, Directrice Commerciale Nationale, BPD Marignan
Pascale Cuisiniez, Directrice Commerciale Nationale, BPD Marignan

secondaires dans le neuf est de 200 000 euros. Toute une frange de population a peur de ne pas avoir de retraite… mais les populations les plus jeunes veulent avant tout profiter de la vie. Ce micromarché a donc un attrait certain car il répond à ce double enjeu. Sans compter que nos biens possèdent l’avantage d’offrir toutes les garanties décennales et la dommage ouvrage. Il y a donc peu d’entretien à prévoir pour les acheteurs, qui peuvent d’emblée avoir le plaisir de l’usage de leur bien… alors que maisons de campagne présentent souvent de lourdes réparations.

Pourquoi avez-vous pris le parti d’investir le segment du balnéaire ?

Historiquement, BPD Marignan est fortement implanté en région, mais nous tissons une toile plus large depuis quelques années, notamment pour aller toucher la façade Atlantique, comme Pornic, Saint-Marc, Olonne-sur-Mer et autour de Bordeaux et du Bassin d’Arcachon. Nous avons aussi de nombreux programmes sur la Côte d’Azur, à Nice, Vallauris, Saint Raphaël ou Saint-Tropez, par exemple. En France, nous avons une façade littorale extraordinaire, avec une forte attractivité et des transports ferroviaires et aériens qui se sont beaucoup améliorés. Se concentrer uniquement sur les métropoles serait une erreur, car nous ne répondrions pas aux envies et usages des Français.

Aidez nous à rendre ce blog plus proche de vos attentes :

Dans cet article :
, , , , ,

Ceci peut aussi vous intéresser :

Le Club des Experts

Pour commenter cet article, rejoignez le Club des Experts.
Vous découvrirez dans votre espace des articles exclusifs,
des enquêtes en avant première sur votre métier et de nombreux
contenus pour vous aider dans votre quotidien.