S’informer, échanger, entre professionnels de l’immobilier.


Les agents immobiliers dans les fictions US : clichés ou réalité ?

agents immobiliers clichés
439 0
Découvrez les univers métiers liés à cet article :

    « Vénaux », « prêts à tout pour vendre », « des commissions trop élevées » … Les clichés sur le métier d’agent immobilier, ce n’est pas ce qui manque. D’autant qu’Hollywood n’aide pas à redorer le blason de la profession. Voici d’ailleurs quelques exemples de fiction US mémorables mettant en scène des agents immobiliers et les stéréotypes qu’ils véhiculent.

    American beauty : la première impression est la bonne

    Carolyn Burnham (Annette Bening) voue une passion inébranlable à son métier d’agent immobilier. À défaut d’avoir une vie conjugale épanouie, elle se plie en quatre pour impressionner ses potentiels clients. Avant une visite, elle nettoie le bien de fond en comble, se répétant « Je vais vendre cette maison aujourd’hui ! ». Pendant une visite, Carolyn est plus professionnelle que jamais, n’hésitant pas à montrer à ses clients qu’elle est la meilleure.
    Certes, ce cliché de l’agent immobilier excessif et hyper passionné fait sourire, mais il met en exergue une vérité : en immobilier, la première impression est capitale pour espérer vendre.

    Les noces rebelles : l’appât du gain

    Kathy Bates (alias Helen Givings) vend une demeure – et le rêve d’une vie douce et paisible – à Franck et April Wheeler. Peu à peu, April sombre dans la dépression, lasse d’une vie qu’elle espérait meilleure, et finit par mourir dans la somptueuse maison. Le film s’achève quand Helen tente de revendre la maison à un autre jeune couple, oubliant bien sûr de mentionner le destin tragique des précédents propriétaires. Voilà un stéréotype de l’agent immobilier aux dents longues récurrent dans les films US. Cliché ou réalité ? Dans les faits, tout professionnel est tenu légalement de fournir toute information en sa possession de nature à influer sur la décision de l’acheteur.

    Agents immobiliers : le culte de la compétition selon Glengarry

    Le directeur d’une société immobilière reconnue annonce à quatre agents immobiliers que les meilleurs d’entre eux resteront dans l’entreprise et géreront un portefeuille client très convoité. Quant aux moins performants, ils seront purement et simplement licenciés. Résultats : coups bas et manipulations en tout genre seront de mise pour s’en sortir.
    Si le film force quelque peu le trait et surfe sur la vague du cliché, il n’en est pas moins que l’agent immobilier doit être ambitieux et avoir une certaine force de caractère pour réussir, sans pour autant avoir recours aux complots et aux coups bas.

    Là-haut, pas de place pour les sentiments

    Un promoteur immobilier veut raser toutes les maisons d’un quartier coûte que coûte. Mais M. Fredricksen, un octogénaire sans histoire, ne l’entend pas de cette oreille. Lui qui a passé des années heureuses avec sa défunte épouse dans leur maison n’a pas l’intention de se laisser faire. Sa maison est tout ce qui lui reste de ses plus belles années de vie.
    Cette histoire touchante n’a que très peu d’importance pour le promoteur immobilier, absorbé par les millions de dollars que peut lui rapporter ce projet immobilier. Pour être un bon business man, mieux vaut ne pas s’attendrir !

    Une baraque à tout casser, ou l’agent immobilier menteur

    Jeune couple dans la fleur de l’âge, Walter et Anna décident d’acheter une vieille maison. Un agent immobilier peu scrupuleux leur propose une maison à 1 million de dollars qu’ils peuvent s’offrir pour seulement 200 000. Trop beau pour être vrai ? En effet, car sitôt le contrat de vente signé, la demeure s’avère être une véritable ruine.Bien sûr, ce cliché de l’agent immobilier menteur est poussé à l’extrême. Aucun professionnel digne de ce nom ne risquerait son business en proposant un bien à la vente sans procéder à une visite exhaustive des lieux et sans faire état clairement des défauts de la maison.

    Desperate housewives, un agent immobilier au top

    Un exemple pour redorer le blason ? On en trouve, et c’est du côté des séries qu’il faut chercher avec la pétillante Edie Britt de Desperate houswives. Malgré une vie personnelle chaotique et des airs de bimbo, l’agent immobilier de Wisteria Lane, grande amatrice de produits de luxe, est une professionnelle redoutable. Pour preuve, on ne compte plus les ventes de somptueuses maisons à son actif, permettant à de nombreuses familles de vivre dans un cadre idéal. Un succès qu’Edie aime afficher au volant de son cabriolet bling- bling.

    Menteurs, manipulateurs, excessifs dans leur comportement, cupides… Les clichés sur les agents immobiliers sont monnaie courante dans les films et séries US. Fort heureusement, il ne s’agit là que de fiction. Pour preuve, devenir agent immobilier est un rêve partagé par des milliers de personnes à travers le monde.

    Aidez nous à rendre ce blog plus proche de vos attentes :

    Ceci peut aussi vous intéresser :

    Le Club des Experts

    Pour commenter cet article, rejoignez le Club des Experts.
    Vous découvrirez dans votre espace des articles exclusifs,
    des enquêtes en avant première sur votre métier et de nombreux
    contenus pour vous aider dans votre quotidien.