S’informer, échanger, entre professionnels de l’immobilier.


L’évolution de notre métier en total décalage avec notre loi Hoguet

Loi Hoguet et agents immobilers
2342 1
Découvrez les univers métiers liés à cet article :

    Je reste étonné que personne ne remette en cause la loi Hoguet, qui pourtant établit les règles et devoirs des acteurs de l’activité immobilière.

    La base de cette loi était, en 1970, de réglementer et crédibiliser les professionnels du secteur immobilier face à une clientèle en quête de confiance.

    Parlons de la confiance

    De quoi parle t’on? De confiance entre les professionnels ? Elle n’existe pas ou très peu de façon générale, faire de l’inter-cabinet reste très délicat à mettre en place sauf en faisant partie intégrante d’un groupement ou d’une franchise.

    Parle-t-on de la confiance entre les particuliers ? Elle n’a jamais été aussi bonne, le particulier a désormais tous les éléments en main pour se placer en tant que professionnel de la vente de son bien (sites de diffusion, de partage, d’estimation, de location, de prêt). Seloger et Orpi ne sont que des pionniers dans l’accompagnement du particulier grâce à la diffusion sur leur site.

    Peux-t-on parler de manque de confiance entre particuliers et professionnels ?
    Absolument, lorsqu’un particulier acquéreur voit le même bien à des prix complètement différents sur plusieurs supports il n’y a déjà plus de confiance. De même lorsqu’un propriétaire passe « à moitié » par une agence avec une multitude de mandats simples, et qu’il a son annonce en prime sur un site de particulier à particulier… L’absence de partage de mandat entre les agences et d’esprit de groupe y jouent beaucoup.

    Un univers méfiant

    Les agences seules dépensent des sommes astronomiques pour capter l’attention du particulier (sites de diffusion, marketing, services), sans pour autant avoir la possibilité d’utiliser en toute sécurité (méfiance vis-à-vis de confrères ou des particuliers) toutes ces fonctionnalité comme avec la géolocalisation qui est très importante pour nos clients.
    Pourtant l’ère est au partage, il n’y a qu’à voir blablacar, allovoisin, airb’n’b : des sites qui répondent à la demande du client final et qui sont en phase avec la technologie grand public.

    Aujourd’hui la loi Hoguet ne cadre plus, elle entrave une profession déjà durement touchée par un marché chamboulé. Il persiste un écart énorme entre le pouvoir laissé aux agences et leur vouloir, il y a décalage.

    Comment y remédier ? Comment dépoussiérer une loi vieille de plus de 45 ans ?

    Les idées sont là, les moyens n’y sont pas :

    • Cadrer les honoraires
    • Inciter à passer par un professionnel (qui est formé, et expert dans son métier)
    • Ne plus laisser la profession d’agent immobilier au tout-venant
    • S’inspirer du modèle américain qui est fluide et efficace

    Aidez nous à rendre ce blog plus proche de vos attentes :

    Ceci peut aussi vous intéresser :

    Rejoignez la conversation

    1.   

      Bonjour Dorian,
      Je suis 100% d’accord avec vous. Je réfléchis très sérieusement à une refonte des métiers de l’immobilier et je propose même une méthode de travail très innovante où je sors de la Loi Hoguet qui à mon sens bride les agents immobiliers pour évoluer dans le monde actuel du numérique. A bientôt pour échanger. Hélène Ferrari

    Le Club des Experts

    Pour commenter cet article, rejoignez le Club des Experts.
    Vous découvrirez dans votre espace des articles exclusifs,
    des enquêtes en avant première sur votre métier et de nombreux
    contenus pour vous aider dans votre quotidien.