S’informer, échanger, entre professionnels de l’immobilier.


Portrait-robot de l’agent immobilier en 2025

Portrait robot d'un agent immobilier en 2025
17541 2
Découvrez les univers métiers liés à cet article :

160814_INFOGRAPHIE_11_PROD-01

La révolution digitale bouscule la profession… et ce n’est qu’un début. A quoi ressemblera le quotidien d’un agent immobilier dans une décennie ?

Il y a 10 ans, certains prédisaient la mort du métier d’agent immobilier. L’histoire leur a donné tort : la profession reprend lentement du poil de la bête face au marché du PAP, grâce à une revalorisation de sa valeur ajoutée et de son savoir-faire. Pour les 10 années à venir, c’est sur le terrain du digital que se jouera la pérennité du métier. Et si on imaginait votre métier en 2025 ?

L’agent immobilier sera un être hybride

Commercial / data analyst / community manager / photo-vidéaste : l’agent immobilier de demain sera inévitablement un “slasheur” – ou autrement dit un professionnel doté d’aptitudes complémentaires et transversales. Bien sûr, son cœur de métier restera la négociation et la relation commerciale. Et il ne pourra évidemment pas se passer de solides connaissances juridiques. Mais son travail consistera aussi à analyser et exploiter les données générées par ses outils (CRM, logiciel de transaction, back office de SeLoger.com), à animer sa communauté de prospects et d’anciens clients et à produire du contenu, photos et vidéos notamment.

Il n’ira plus à la chasse aux mandats…

Car il préférera aller à la pêche ! C’est le principe même de l’inbound marketing, qui consiste à faire venir des clients à soi plutôt que d’aller les chercher aux forceps. Grâce à la puissance du big data, de l’open data et des statistiques, il sera en mesure d’identifier les biens de son secteur théoriquement susceptibles d’être mis en vente à plus ou moins long terme – et donc d’anticiper (voire même de générer) des besoins grâce à des outils de communication hyper-personnalisés.

Il laissera ses clients décider de son emploi du temps

En 2025, il ne sera plus question de décrocher son téléphone pour prendre rendez-vous avec son médecin ou son garagiste – car il n’y aura tout simplement plus d’accueil téléphonique. Pourquoi en serait-il différemment pour les professionnels immobiliers ? Pour caler une visite de bien ou une demande d’estimation, les clients « bookeront » directement le créneau qui leur convient sur l’agenda de l’agent– en fonction des disponibilités mutuelles.

Il touchera une commission moindre…

L’uberisation galopante du secteur immobilier invite à penser que le pourcentage perçu par les agences à l’occasion d’une transaction sera progressivement nivelé vers le bas. Pour autant, les agents sont voués à diversifier leurs sources de revenus grâce à une offre de services premium ou annexes. Parmi eux : la coordination logistique des déménagements, l’aide à la vente ou l’achat des meubles et électro-ménagers, les services de conciergerie pour la location saisonnière, la mise en place d’initiatives de crowdfunding pour l’investissement locatif, etc. En bref, l’agent immobilier sera un prestataire de services, au pluriel.

Il ne fera plus de visites pour rien

En 2025, il y a fort à parier que toutes les annonces immobilières seront systématiquement enrichies de modélisations 3D ou de vidéos 360° – qui auront d’ici-là gagné en réalisme, en qualité et en simplicité de production. Résultat : les clients visiteront les biens en ligne avant même de contacter l’agence. Finies, donc, les interminables tournées avec des clients indécis. L’agent se déplacera seulement pour valider le choix d’un acquéreur, qui aura pré-ciblé uniquement les biens qui l’intéressent vraiment.

Évidemment, ce portrait-robot de l’agent de demain n’est fondé que sur des hypothèses. Certaines pistes resteront peut-être de la science-fiction à tout jamais… mais d’autres, en revanche, devraient devenir réalité bien avant 2025 !

Aidez nous à rendre ce blog plus proche de vos attentes :

Dans cet article :
, , ,

Ceci peut aussi vous intéresser :

Rejoignez la conversation

  1.   

    Bonjour,
    Intéressante cette vision des changements en cours et à venir d’agent immobilier, d’ailleurs duplicable à d’autres secteurs. D’accord sur la nécessité, quelle que soit son métier d’avoir de «l agilité » afin d’intégrer les évolutions des pratiques, des technologies…et surtout des attentes clientèles de son écosystème. Pour autant ne pas tomber dans le piège de vouloir se transformer en « caméléon fonctionnel ». A chacun son cœur de métier. Le mien (par exemple :-), c’est d’apporter des solutions innovantes et du contenu à V.A autour de la visite 360°, pour autant, je m’appuie sur des compétences spécifiques (entre autres) de photographes, pilotes de drones professionnels formés / labellisés par mon réseau…

  2.   

    Il n’est pas nécessaire d’attendre 2025 pour travailler de cette manière.
    Des dossiers complets sur l’appartement, l’immeuble et le quartier envoyés aux prospects avant chaque rendez-vous afin d’éviter les visites en aveugle. Cela permet lors de la rencontre de parler des acquéreurs et de leur famille pour mieux les connaître et mieux cerner leurs besoins et leurs envies, et non de l’appartement dont ils ont déjà une idée précise. Ceci associé à un tout petit secteur pour d’une part le connaître parfaitement et pouvoir fournir des services annexes tels que femme de ménage, nounou ou entrepreneurs et d’autre part développer au maximum le bouche à oreille de la part de vendeurs et d’acquéreurs satisfaits qui ont pu apprécier la différence et le tour est joué. Il est vrai que peu d’agents immobiliers travaillent de cette manière, mais ceux qui l’applique ont de bien meilleurs résultats que les autres, et ce, sans forcer, leurs clients sont satisfaits du service rendu et le font savoir.

Le Club des Experts

Pour commenter cet article, rejoignez le Club des Experts.
Vous découvrirez dans votre espace des articles exclusifs,
des enquêtes en avant première sur votre métier et de nombreux
contenus pour vous aider dans votre quotidien.